Vaisseau Conception

Franck Schweitzer 2014

 

Advertisements

Jimmy Nelson : Civilisations en voie de disparition.

 

Le photographe Jimmy Nelson entend garder trace de civilisations en passe de disparaître. Aux quatre coins du globe.

C’est en visitant 35 de ces tribus plus ou moins célèbres que le reporter a pu dresser ce constat. Tout en tirant le portrait de nombreux autochtones pour des photos assez réussies.

Les photos sont, il faut le dire, assez impressionnantes et glaçantes (on peut d’ailleurs acquérir le livre regroupant l’ensemble des clichés par ici). Beauté des paysages, altérité radicale.

La Tribu, Goroka, Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Jimmy Nelson Tribu Goroka

La Tribu Kalam, la partie orientale de la Nouvelle-Guinée

Jimmy Nelson tribu kalam

Vivre sans manger : quand le « miracle » devient profane

Le Breton Henri Monfort aurait cessé de manger en 2002, le chimiste allemand Michael Werner en 2001. Ils n´ont rien inventé : « l´inédie », mot latin pour absence d´alimentation, a une longue histoire. Des saints catholiques, des sages hindous et soufis auraient vécu des années en se nourrissant de « lumière », ou de « prana ».


Nicolas de Flüe.

Quand, en l´an de grâce 1467, la nouvelle se répandit jusqu´en plaine que l´ermite Nicolas n´absorbait aucune nourriture corporelle, solide ou liquide, le gouvernement d´Obwald jugea bon de vérifier. Des hommes assermentés cernèrent sa cabane pour vérifier qu´il ne recevait pas d’aliments en cachette. Selon ce que rapporte quelques années plus tard le chanoine de Berne Henri Wölfli, ce fut en vain. « Après un mois d’une surveillance stricte et sévère, ils ne découvrirent absolument rien qui ressemblât à de l’hypocrisie ou à du charlatanisme religieux. » S´inclinant devant ce miracle – car ce qui se tramait là, « Dieu seul le sait » – on leva la surveillance. Avait-elle été imparfaite ? Nicolas de Fluë, loin d´être dévoué à Dieu et à la paix, cherchait-il la gloire en trompant ses contemporains, au mépris des pélerins qui venaient de toute la chrétienté ?
Près de 500 ans plus tard, en 1947, Nicolas de Fluë fut canonisé. Mais la plupart des biographies ont en commun une gêne à évoquer ce jeûne total de vingt ans, qui pourtant fit alors sa renommée. Prenez par exemple le Dictionnaire historique de la Suisse :  » Il vivait, disait-on, sans prendre de nourriture: cette nouvelle se répandit rapidement, attirant des curieux et alarmant les autorités.  » Pas de mise en doute directe : on ne va quand même pas s´en prendre à l´honnêteté du saint patron du pays.
Continue Reading